Entreprise en difficulté : voici les gestes qui vous aideront à redresser votre entreprise et à la sauver

Le parcours d’un chef d’entreprise est une aventure remplie de rencontres, d’opportunités et de découvertes enrichissantes. Mais la vie d’entrepreneur n’est pas un long fleuve tranquille, et il faut savoir qu’il n’est jamais à l’abri de rencontrer une situation compliquée qui pourra mettre son entreprise en difficulté et l’éloigner de ses objectifs.

Qu’ils trouvent leur origine dans des événements extérieurs à l’entreprise ou qu’ils s’expliquent par des tensions internes, les difficultés et la période de crise ne sont jamais une partie gagnée d’avance, aussi bien sur le plan stratégique que sur le plan humain surtout lorsque vous ne savez pas vraiment comment faire face.

Il faut savoir qu’il ne s’agit certainement pas d’un évènement fatidique, et encore moins de la fin votre carrière entrepreneuriale !

Les problèmes ne doivent pas vous empêcher d’aller de l’avant et de réaliser vos objectifs. Vous devez simplement connaitre les meilleurs conseils qui vous aideront à redresser une entreprise en difficulté et les principes de base qui permettent de transformer un contexte tourmenté en opportunité pour que vous puissiez redresser votre entreprise et vos collaborateurs !

Avant toute chose, il faut prendre conscience des difficultés !

1. Ne sous-estimez pas les dysfonctionnements et faites preuve de transparence

Dès qu’ils constatent que la situation va mal ou que les difficultés débarquent, certains entrepreneurs choisissent de négliger les faits et de se dire que tout s’arrangera dans un mois, que c’est passager, ou que ce n’est pas si grave pour s’en occuperIl est vrai que parfois, il peut être tentant de prendre à la légère les maux dont souffrent son activité, surtout lorsqu’il s’agit de problèmes annexes.  Mais dans tous les cas, vous serez toujours gagnant en prenant à bras le corps, et surtout dès le début, les difficultés qui peuvent potentiellement mettre en péril votre entreprise.

Si vous ne prenez pas les problèmes suffisamment au sérieux, ils seront plus difficiles à résoudre par la suite puisque vous les aurez traités d’une manière superficielle en premier lieu. Ne vous voilez pas la face et acceptez les faits, vous aurez ainsi fait une partie du travail pour vous en sortir plus rapidement et surtout avec le minimum de dégâts !

Plus encore, même s’il est utopique de vouloir mettre fin à toutes les angoisses par un simple coup de magie, jouer la carte de la transparente peut grandement aider à les surmonter. Vous serez en mesure de corriger la situation et votre équipe ne cédera pas inutilement à la panique, à cause d’un manque d’informations sur la situation. Soyez clair, précis et concret lorsque les difficultés apparaissent, sans toutefois livrer brutalement des données de nature à renforcer un climat anxiogène déjà présent.

2. Informez et gardez le lien social pour assurer un environnement sain

Une entreprise en difficulté ne doit pas perdre les pédales en adoptant des approches farfelues qui peuvent affoler ses équipes et ses dirigeants. Bien au contraire, elle doit veiller à garder un environnement au travail sain et surtout transparent qui permet aux équipes de trouver les bonnes solutions et de détourner les challenges en opportunités !

Pour cela, trois actions sont essentielles : animer, communiquer et surtout informer !  

C’est ce qui va réellement permettre de garder vivant un corps social, en alerte et prêt pour la suite, sans l’angoisse face au vide et à l’absence de discours. C’est souvent l’erreur des managers. Il ne s’agit pas là forcément que de rassurer ou de dire que tout va bien alors qu’il n’est pas le cas : le but est de ne pas cacher les difficultés mais préparer la suite et dire ce qu’on doit faire pour la phase suivante. C’est ainsi que le dirigeant peut espérer garder ses forces vives et ses talents.

En gros, garder le lien social est essentiel à la motivation des équipes, ainsi qu’une communication permanente qui dévoilera au fur et à mesure les bonnes stratégies à adopter pour avancer. Cette gouvernance particulière implique le recours à des outils collaboratifs adaptés comme whatsApp, Zoom ou autres plateformes facilement accessibles.

3. Faites un état des lieux des dépenses

Vous pouvez être sur d’une chose : il n’est pas difficile de redresser une entreprise en difficulté, mais il faut savoir adopter la bonne démarche ! Pour ce faire, il est impératif de faire un état des lieux de vos dépenses, ou de passer par la mise à plat de vos différentes charges. Dans un premier temps, pensez à reprendre toutes les dépenses que vous avez payées, puis de les mettre en ordre en les catégorisant dans un tableau récapitulatif. Cette centralisation de vos différentes données, vous permettra plus tard d’y voir plus clair quand vous essaierez d’identifier les frais anormaux.

Vous pouvez repartir de vos relevés bancaires, ou exporter les données de votre logiciel de gestion si vous en avez un. Si vous avez du mal à visualiser la manière dont vous pouvez créer vos catégories, voici des exemples sur lesquels vous pouvez vous appuyer pour vous y faire :

Salaires (employés, intérimaires, stagiaires si vous en accueillez) ; Achats fournisseurs (prenez en compte les éventuels délais de paiement dont vous auriez pu bénéficier) ;

Abonnements (Internet & téléphonie mobile, logiciels professionnels) ;

Prestataires (expert-comptable, avocat, conseiller en gestion, etc.) ;

Remboursement d’intérêts à la banque (dans le cas d’un découvert autorisé ou d’un crédit) ;

Dépenses liées aux actions marketing / communication (publicités sur Google ou les réseaux sociaux, salons, plaquettes…) ou encore à vos locaux (loyer, électricité, eau, gaz ou mazout si vous vous en servez) ;

Impôts et charges ou TVA à payer (si nécessaire) ;

Assurances diverses (automobile, locaux…) ;

4. Mettez à plat vos entrées d’argents également

Comme vous l’avez fait avec vos dépenses, le moment est venu pour passer aux recettes. Créez un deuxième volet et c’est reparti. Appuyez-vous sur les factures que vous avez saisies dans votre logiciel de devis, et remettez-vous en tête d’éventuelles dotations de concours ou subventions. Cette étape est très importante, car elle vous permettra d’analyser la situation avec plus de précision et de clarté, chose qui vous aidera à prendre les meilleures décisions au futur. Une fois n’est pas coutume, voici des pistes qui vous aideront à aller plus vite :

  • Facturation client
  • Subventions, concours gagnés…
  • Apports en numéraire
  • Crédit de TVA éventuel

Une fois que vous en avez fini avec cette étape, et que vous prendrez compte de vos recettes et dépenses respectives, vous serez en mesure d’analyser ces chiffres plus en profondeur : impayés, gaspillage, tarifs exorbitants…Vous trouverez peut-être des éléments qui vous mettront la puce à l’oreille ou qui rectifieront déjà certaines lacunes. C’est un premier pas qui vous aidera à dissocier les difficultés existantes.

5. Gardez la tête haute et ne vous découragez surtout pas !

Voir votre création battre de l’aile n’est jamais facile. C’est évident que cela vous mettra un gros coup de pression qui vous poussera même à songer à abandonner, résolu à accepter votre échec. Mais si au lieu de vous morfondre dans des pensées négatives, vous essayiez de positiver et de voir le positif dans la situation ? OUI, il y a toujours un point positif dans toute situation que vous traverserez en tant qu’entrepreneur…

Plus facile à dire qu’à faire, c’est évident…

Mais essayez de conserver cette passion qui vous anime et aillez la conviction que votre entreprise s’en sortira. Vous verrez que votre ardeur au travail en sera décuplée. Et si vous pensez que votre entreprise est en faillite, sachez que tout n’est pas perdu ! Dites-vous que l’erreur est un excellent enseignant et que cette épreuve fra de vous un meilleur leader ! Le processus de remise en question est certes douloureux mais tellement salvateur.

Enfin, souriez, n’oubliez pas que vous êtes filmé ! Rappelez-vous que les employés, les partenaires et les banquiers prêtent une grande attention à l’image que vous renvoyez. En montrant que vous êtes confiant et que les obstacles sont faits pour être surmontés, vous aurez une influence positive sur les gens que vous côtoyez au quotidien et ils seront du coup rassurés et prêts à réagir d’une manière efficace.

Analysez bien la situation et posez-vous les bonnes questions pour sauver votre entreprise

1- Pensez à bien vous entourer, votre entourage aura une grande influence

Même un chef d’entreprise impliqué et très motivé peut être tenté de tout vouloir plaquer et céder devant la lourdeur des difficultés rencontrées. A ce sens, l’une des premières mesures à prendre pour redresser une entreprise en difficulté, c’est de faire appel à des personnes extérieures qui pourront vous aider sur des points spécifiques, des personnes expertes en leur domaine qui sauront orienter votre future démarche stratégique.

En plus de vous libérer du temps pour vous concentrer sur ce que vous savez le mieux faire, ces tierces personnes sauront vous faire prendre du recul. Expert-comptable pour vous aider à remettre sur pieds votre gestion de trésorerie ou des conseillers en gestion d’entreprise qui vous aideront à retrouver une vue globale de votre activité et améliorer votre rentabilité…etc.

Cependant, si cette tâche vous semble trop compliquée et que la situation de l’entreprise ne peut pas supporter des dépenses supplémentaires ou autres, vous pouvez toujours faire appel au management de transition. Cela consiste à laisser un dirigeant expérimenté prendre les rênes de votre activité pour une durée déterminée. Du fait de sa grande expérience, il pourra déceler assez facilement les enjeux et problématiques de votre entreprise pour ensuite mettre en place des actions concrètes pour redresser la barre. Cependant, si cette solution est globalement très efficace, elle est relativement onéreuse, ce qui peut être rédhibitoire dans certains cas.

2-Identifiez les problèmes et leurs causes

Pour contourner la crise qui bouleverse votre activité, vous devez connaître avec précision la nature des problèmes : humains, organisationnels, financiers…Mais cela ne va pas suffir bien évidemment. A titre d’exemple, si vous décelez que votre entreprise rencontre des problèmes de trésorerie, vous devez remonter jusqu’à l’élément (ou les éléments) perturbateur(s) : ventes trop basses, clients qui payent en retard, charges trop importantes… Bref tout ce qui a pu mettre votre entreprise en péril, ce qui revient à identifier la cause principale du problème survenu.

Si vous avez déjà mis à plat les postes d’encaissements et de décaissements, évoqués dans les passages précédents, l’analyse de ces derniers vous permet de déterminer les anomalies d‘une manière plus rapide et surtout plus efficace, puisque vous avez déjà les libellés de chaque opération.

Par exemple, vos 4 derniers mois ont été fastes grâce à de nouveaux clients mais vous ne retrouvez pas cette augmentation dans vos recettes ? Alors c’est peut-être que vous avez des factures en retard de paiement. Ou bien que cet argent supplémentaire est englouti dans des charges trop importantes, qui ne vous permettent pas d’atteindre votre seuil de rentabilité.

En gros, ce que vous devez faire est suivre la piste jusqu’au bout pour pouvoir déterminer la cause du problème !

N’hésitez pas non plus à réaliser un audit interne de l’entreprise. En analysant tous les points-clé de votre activité, vous êtes presque certain de déceler des problèmes. Vous pouvez demander l’aide de collaborateurs de votre entreprise pour vous épauler dans cette mission : ils auront surement une vision différente de la vôtre et pourront potentiellement identifier des dysfonctionnements que vous n’auriez pas remarqués.

Par contre, si vous craignez de passer à côté d’éléments importants qui peuvent vous aider à voir plus clair la situation, demandez un audit externe de l’entreprise : dans ce cadre, des professionnels du domaine interviendront directement pour analyser en profondeur et mettre en lumière les points qui vous font défaut.

3- Pensez à mettre en lumière les forces de votre entreprise

Ne voyez pas tout en noir, l’apparition des challenges ne signifie pas forcément la fin de l’aventure ! Dites-vus une chose : si les problèmes sont réels, votre entreprise possède également des forces, c’est indéniable. Prenez appui sur ce qui marche bien, et servez-vous en pour mieux rebondir. Savoir-faire transmis de génération en génération, emplacement avantageux ou service client efficace, essayez de lister les possibilités de relance que peuvent aider vos atouts.

Un puissant outil d’analyse stratégique existe pour mieux visualiser ces points et vous aider à déceler vos forces : il s’agit de la matrice SWOT qui se présente sous la forme d’un tableau rectangulaire séparé en 4 grandes cases.

S = Forces (Strengths)
W= Faiblesses (Weaknesses)
O = Opportunités (Opportunities)
T = Menaces (Threats)

Les forces et les faiblesses concernent ce qui est interne à l’entreprise (organisation, ventes, part de marché, facteurs différenciants), alors que les opportunités et menaces touchent à l’écosystème dans lequel évolue l’entreprise (marché, concurrence, actualités, juridiction…) il s’agit plutôt de variables externes à celle-ci.

L’idée est donc de lister le maximum d’éléments pertinents, qui vous distinguent et qui pourront vous aider à rebondir. Essayez de réfléchir activement aux points forts de votre activité, ils vous permettront d’avoir des éléments positifs concrets à exploiter. Cet outil vous sera utile régulièrement, n’hésitez donc pas à le mettre à jour !

Redresser une entreprise en difficulté passe surtout par des actions concrètes

1- Vous devez réduire les coûts superflus

C’est certainement un élément que l’on doit vous répéter à maintes reprises et vous le savez déjà, mais c’est tout sauf évident ! Ce que vous voulez réellement, c’est sortir de la crise et vous développer ! Vous avez donc besoin de passer aux actions concrètes et aux démarches opérationnelles qui peuvent vous aider.

Il serait intéressant d’identifier les coûts superflus, qui sont les coûts inutiles ou trop élevés par rapport à ce qu’ils devraient être, en vous aidant de vos analyses de décaissement. Voici quelques points importants sur lesquels vous pouvez agir :

– Vous pouvez réduire vos frais d’une manière considérable en renégociant les contrats à votre avantage, surtout si vous avez tendance à acheter en grande quantité. Plus encore, n’hésitez pas à mettre vos fournisseurs en concurrence et à comparer les différents prétendants pour trouver celui qui vous correspond le mieux.

– Ou encore essayer d’établir ou de rejoindre un groupement d’achat : généralement les réductions sont non négligeables et cela vous permettra peut-être de vous faire de nouveaux partenaires.

– Envisagez le passage au “zéro papier” qui peut être une bonne technique de redressement d’une entreprise en difficulté. A la place des lettres, vous pouvez envoyer des E-mails ou des newsletters, au lieu d’imprimer toutes vos factures, il serait possible de les rassembler dans un seul et unique espace. Il s’agit en fait de vous baser sur les méthodes en ligne.

– Eliminez toute sorte de gaspillage. Lumières allumées toute la nuit, chauffage à pleine charge alors que les fenêtres sont ouvertes, matériel négligé…Tous ces petits éléments peuvent sembler anodins, mais en fait ils grignotent vos économies à la manière de la souris dans un gruyère. Encore une fois, basez-vous sur l’analyse de vos factures et si certaines vous paraissent trop onéreuses, tentez de savoir pourquoi.

– Pensez à optimiser la masse salariale. Vous devez sûrement penser qu’on va encore vous préconiser de réduire vos effectifs. Et bien pas du tout ! C’est une option que vous serez peut-être (et malheureusement) amené à envisager, mais vous devez déjà en être conscient. Ici, l’optimisation repose sur la participation de vos salariés (et de vous-même). L’idée est de mettre tout le monde à contribution en mettant par exemple une boîte à idée en place. En invitant les employés à s’y impliquer vous aurez plusieurs cerveaux en train de réfléchir à votre problématique, au moins de temps en temps.

2- Redressez votre entreprise en difficulté grâce au marketing

Votre entreprise peut passer par une période critique ou une certaine crise financière car le volume de vente est insuffisant, et ceci sans raison apparente : produits ou services intéressants, offre diversifiée, bonne efficacité de production, cible principale très pertinente…A ce stade, il faut remuer les lignes et susciter chez vos prospects l’envie de passer le cap et d’acheter. Quant à vos clients, il ne faut pas les laisser sur leur faim, auquel cas ils risquent de se désintéresser de vous pour aller lorgner sur la concurrence.

Pour éviter ce dilemme, vous devez élaborer une stratégie marketing pertinente ! Bien menée, elle vous permettra d’être plus en phase avec votre clientèle et donc d’augmenter vos ventes. Vous pouvez commencer par vous poser quelques questions afin d’avancer sur cette problématique si elle vous pose problème :

– Que veut ma clientèle ? Quel est son besoin ? Si elle est à la recherche de convivialité et de standing, ce que vous proposez devra rassasier leur « faim ».

– Quels sont les meilleurs canaux de promotion de mes produits / services ? Si ma cible principale est les adolescents par exemple, comment-puis-je interagir avec elle au mieux ? Quels sont les canaux qui me permettront d’avoir le plus d’impact sur eux ? Réseaux sociaux ? Journaux ? Télévision ? Salons ?

– Quels sont les objectifs que je me fixe et quels sont les outils qui me permettront de les atteindre ? En parlant d’objectifs, fixez-vous des points-étapes réalisables dès le début. Il est inutile d’espérer augmenter les ventes de l’entreprise de 300 % en une semaine. L’approche marketing doit vous aider à relancer votre entreprise, pas la faire sombrer.

De même, beaucoup de solutions gratuites ou peu onéreuses existent sur internet. A vous de choisir celles qui vous correspondent le mieux. Accordez ensuite l’importance nécessaire aux résultats de votre stratégie. Vous pourrez identifier si vous avez tapé « dans le mille » ou si vous devez encore ajuster certains points.

3- Ne craignez pas le changement !

Si le changement peut faire peur à beaucoup de dirigeants, c’est qu’ils se sentent généralement mieux dans leur zone de confort et les risques leur font peur. Mais si vous lisez cet article, c’est probablement parce que vous êtes à la recherche de réponses. Et sauver une entreprise en difficulté passe parfois par de nécessaires changements. “Bon c’est bien beau tout ça, mais je change QUOI au juste ?”

Plusieurs options s’offrent à vous, dont voici deux exemples :

– Vous pouvez envisager de changer le positionnement de votre entreprise. Si vous étiez en situation de monopole pendant des années, il est possible que des nouveaux entrants aient depuis grignoté votre part de marché avec des prestations ou produits convenant mieux à votre cible. Le marché est saturé ? Alors au lieu de vous entêtez, si vous étudiez une autre approche ? Peut-être qu’une image plus haut de gamme vous permettrait de vous insérer dans un marché ou il y a plus de demande et moins de concurrence.

– Innovez, soyez créatif et surtout très réactif aux changements de votre environnement ! Ceci vous permettra de mieux régner. Vous avez du mal à conserver votre place ou à vous en faire une ? Alors pensez à vous différencier ! Et il n’est pas question de réinventer l’eau chaude, entendons-nous ! Peut-être qu’en observant les besoins de votre clientèle, vous allez trouver un point en particulier à améliorer pour rendre votre produit plus attractif.

4- Vous êtes toujours dans le rouge ? La situation devient intenable ? Il existe des solutions de dernier recours !

Le mandat ad hoc

Il s’agit ici d’une procédure de sauvegarde à l’amiable ouverte aux entreprises en difficulté. Le fonctionnement est le suivant : vous allez pouvoir (en tant que débiteur) demander auprès d’un tribunal de commerce ou de grande instance qu’on vous attribue une personne qui va vous aider à identifier et régler les difficultés de la société de manière confidentielle (dans la mesure du possible). On appelle cette personne le mandataire ad hoc.

Le redressement judiciaire

La seconde option peut être mise en place dans le cas où vous vous retrouvez dans une situation de cessation de paiement. Cette solution de dernier recours est généralement imposée par un créancier, mais vous pouvez la demander vous-même. Le principe est le suivant : pendant une première phase, votre entreprise va être analysée et observée pour en identifier les dysfonctionnements. Par la suite, vous devrez mettre en place un plan d’action sur une durée limitée afin d’épurer votre trésorerie des dettes impayées et donc être en mesure de relancer votre entreprise à l’issue de toute la procédure.

Pour conclure…

Il est parfaitement possible de sauver une entreprise en difficulté ! Le chemin risque d’être un peu long et challengeant, mais vous ne devez surtout pas baisser les bras ! Si vous adoptez la bonne démarche, vous finirez par trouver les problèmes qui minent votre activité et mieux, des solutions qui vous permettront de repartir sur de meilleures bases ! Et si vous ne pensez pas pouvoir le faire seul, n’hésitez pas à solliciter des professionnels experts dans ce domaine. Inspirez-vous également de notre article :  » échec entrepreneurial : comment réussir à le surmonter « pour stimuler votre mindset et booster votre motivation en vue d’aller de l’avant.

entreprise en difficulté entreprise en difficulté entreprise en difficulté entreprise en difficulté entreprise en difficulté
entreprise en difficulté

21 décembre 2020

0 réponses sur "Entreprise en difficulté : voici les gestes qui vous aideront à redresser votre entreprise et à la sauver"

Laisser un message

Notre mission est d’accompagner les entrepreneurs dans leurs arbitrages stratégiques en  mettant à disposition des connaissances fiables, opérationnelles et de haute qualité sur tous les thèmes touchant au développement et pilotage de leur projet d’entreprise.

LEADER.S est un véritable programme d’accompagnement accessible 24h/24 et 7j/7. Vous apprendrez toutes les étapes de votre projet, de sa conception à son lancement et plus encore. Vous comprendrez tous les indispensables dans un discours vrai, sans fioriture, teinté de pragmatisme, de succès entrepreneuriaux mais aussi d’échecs.

Propulsé © par Band of Brothers
X