Crowdfunding ou le financement participatif : un aperçu sur cette méthode de transaction financière totalement désintermédiée

Depuis une dizaine d’années, le financement participatif permet à des porteurs de projet de collecter de l’argent directement auprès de leurs communautés et du grand public. Cette pratique se fait essentiellement par le biais d’internet et a d’ailleurs connu un essor grâce aux réseaux sociaux. En effet, il est devenu possible aujourd’hui, grâce à internet, de solliciter des fonds auprès d’un large public via des plateformes de crowdfunding.

Grâce au développement du web, cette finance alternative totalement désintermédiée s’est diffusée plus largement et plus rapidement. Aux États-Unis d’abord, puis en Europe, on a pu assister durant ces dernières décennies à l’apparition de nombreuses plateformes. La diversité de ces plateformes a permis l’éclosion d’une multitude d’idées créatives aboutissant à la réalisation de nouvelles entreprises ou tout simplement de projets personnels. Ainsi, les banques n’étant plus les seules maîtresses des fonds et des capitaux, les projets de création trouvent enfin la possibilité d’être réalisés librement grâce à l’aide des particuliers.

Mais quels sont les différents types de financement participatif ? Comment ça fonctionne concrètement ? Pourquoi se lancer dans une campagne ? Que peut apporter ce mode de financement à un porteur de projet ? Et sur quelles plateformes diffuser son projet ? On vous explique tout ce que vous devez savoir.

Le financement participatif ou le Crowdfunding : de quoi parle-on au juste ?

Le crowdfunding, ou le “financement participatif ” est apparu au début des années 2000 avec l’essor d’internet. Il s’agit d’une solution de financement alternative qui ne passe pas par les circuits et outils traditionnels, notamment bancaires, mais fait appel à des ressources financières auprès des internautes afin de financer un projet, qui peut être de nature très diverse (culturel, artistique, entrepreneurial, etc.). Autrement dit, les porteurs de projets (particuliers, associations ou entreprises) ont la possibilité de faire appel à la participation du public afin de financer leurs idées ou nouveau business.

Aujourd’hui, grâce à cette pratique les entrepreneurs peuvent enrichir leurs capitaux grâce à des levées de fonds ou des collectes qui passent par des plateformes web.

Celles-ci représentent le support qui permet de mettre en relation d’un côté un investisseur (des particuliers principalement) et de l’autre un projet dont la réalisation rencontre un manque de fonds propres. C’est le nombre de personnes contributrices qui fait donc la différence : la somme de petits montants conduit à la mobilisation d’un montant élevé. Le grand avantage de cette approche se traduit par le fait que les transactions restent totalement dématérialisées et désintermédiées.

Pour un porteur de projet, le financement participatif contribue à créer une nouvelle forme de diversification en termes d’épargne et de placements rentables et ceci aide à encourager la prise d’initiative entrepreneuriale. Cette approche, lui offre la chance de solliciter des contributions complémentaires pour financer son projet.

Cela ne remplace pas les apports de départ du créateur lui-même, mais le panel d’investisseurs devient ainsi plus large, et l’obtention des fonds nécessaires à la réalisation du projet peut s’en trouver facilitée, puisqu’au lieu de chercher quelques investisseurs prêts à apporter une grosse somme d’argent, on sollicite un grand nombre de personne apportant chacune une petite somme.

Plus encore, le crowdfunding offre un autre avantage exceptionnel a l’entrepreneur en lui offrant un nouveau moyen de promouvoir son projet. En effet, les porteurs de projet qui font appel au financement participatif sont tenus de présenter leur projet sur la plateforme de financement (valeur ajoutée du projet, son objectif, l’opération réalisée grâce au financement participatif, la présentation du parcours professionnel et des éventuels axes de développement…etc.). Il s’agit donc ici d’un nouveau moyen de mise en valeur de l’entrepreneur et de mise en lumière de son projet surtout. De quoi alimenter le bouche-à-oreille et se faire connaître de ses futurs clients potentiels.

Ce que finance le crowdfunding…

A l’origine cette forme de financement désintermédié était dédiée aux projets culturels ou associatifs à la base. Après, petit à petit au fil du temps, elle s’est faite appréciée par le grand public et par les entrepreneurs en particulier, pour attirer aujourd’hui un grand nombre d’entreprises souhaitant financer des projets ou se faire prêter de l’argent notamment lorsque la banque refuserait. Elle sert particulièrement pour lancer de nouveaux produits. Elle a parfois pour avantage de fédérer une véritable communauté avant même la mise en vente ainsi que de favoriser la communication autour du projet.

Plus encore, ce type de financement peut aire l’objet d’une véritable étude de marché puisque l’entrepreneur doit convaincre des personnes de la viabilité de son projet en vue de collecter de l’argent. A noter que la plupart des plateformes se sont spécialisées soit dans une ou plusieurs typologies de crowdfunding, soit dans des typologies d’investissements. Attention tout de même car ces plateformes ont un coût elles prélèvent généralement des commissions allant de 4 à 12 % de la somme demandée. Avant de procéder à cette méthode de financement, faites donc un travail de recherche pour pouvoir choisir la plateforme la plus adaptée à votre projet et à la nature de votre activité.

Il existe plusieurs formes de Crowdfunding

Il y a tout d’abord le don, le prêt ou crowdlending, ou l’investissement. Ces derniers sont utilisés dans des cas différents. Voici leurs spécificités :

1- Le don (ou « reward crowdfunding ») : la première forme du crowdfunding, et la plus ancienne, est celle du don dit sans contrepartie, appelée également le « crowdgiving ». Le principe est simple, une personne physique ou morale (association ou entreprise) fait don d’une certaine somme pour financer un projet ou produit sans rien attendre en retour. Cette pratique s’applique le plus souvent aux domaines associatifs ou personnels. Le don est alors désintéressé et il représente un excellent moyen pour tester votre marché et identifier la les retours de votre cible vis-à-vis de votre produit/service.

Souvent les donateurs sont prévenus que le produit ne sera créé et reçu que si une certaine somme est atteinte. Une fois l’objectif de la collecte atteint, un simple cadeau de remerciement pour le geste peut être présenté.

2- Le prêt (ou « crowdlending ») : contrairement au premier type de crowdfunding, ici, le rôle des plateformes de prêts, spécialement conçues pour le crowdfunding, prend toute leur importance. En effet, sur ces plateformes de prêts rémunérés, les particuliers qui s’y engagent reçoivent, en échange de leur prêt, des intérêts financiers sur une durée de remboursement fixée à l’avance. Les taux d’intérêts peuvent varier entre 2,5 et 12,5 % bruts annuels en fonction du type de projet, du risque associé… Pour les porteurs de projet, ce mode de financer se présente comme une vraie alternative ou un complément aux prêts bancaires.

Les plateformes qui proposent du prêt participatif pour les professionnels sont particulièrement adaptées aux projets d’acteurs des énergies renouvelables, de la promotion immobilière ou aux TPE/PME établies qui souhaitent développer leur activité, recruter, innover, faire une campagne de communication…etc. Quant aux plateformes qui proposent du prêt participatif pour les projets personnels, elles visent plutôt des particuliers qui souhaitent financer leurs études, un mariage, l’achat d’une voiture…

3- L’investissement en capital (ou « crowdequity ») : dans ce cas, les particuliers investissent dans une entreprise contre une prise de participation et en deviennent donc actionnaires du projet. Les capitaux récoltés par ces « petits actionnaires », leur donneront ensuite un droit de regard, un droit de vote mais également à une partie des bénéfices futurs de l’entreprise créée. Les fonds collectés grâce à cette opération, permettront à la société́ de se lancer ou de se développer.

La rémunération de ces micro-actionnaires dépend en fait des bénéfices réalisés par l’entreprise et des dividendes qui en découlent. Ce type de crowdfunding, appelé l’investissement participatif est particulièrement adapté pour la création de start-up et d’entreprises.

Comment trouver une plateforme de crowdfunding ?

Aujourd’hui, les plateformes se sont multipliées en raison de la demande croissante des divers porteurs de projets qui cherchent de nouvelles sources de financement. En gros, différentes mécaniques pour lever des fonds existent, plus ou moins adaptées en fonction de votre projet. En France, plus de 60 plateformes sont en activité. La plateforme est un véritable outil, un intermédiaire entre vous et vos financeurs. Pour collecter un maximum de fond, elle doit donc vous permettre de bien mettre en valeur votre projet. Elle doit à la fois être pratique pour vous et intuitive pour le contributeur. La notoriété du site aura également un impact sur le nombre de personnes que vous réussirez à engager. Rappelez-vous de ceci !

Certaines plateformes se sont spécialisées dans certains types d’activités ou de projets (culturels, sociaux, environnementaux, numériques, etc.) tandis que d’autres sont généralistes et s’intéressent à toutes sortes de projets. Une fois que vous avez décidé de vous orienter vers du don, du prêt ou du capital, vous devez choisir entre une plateforme généraliste et une plateforme spécialisée.

Les plateformes spécialisées peuvent être dédiées à :

  • Un secteur d’activité : agriculture, musique, cinéma, énergies renouvelables…
  • Une communauté : catholique, musulmane…
  • Un type d’entités/acteurs : entreprises, associations, projets personnels de particuliers (mariage, études, achat d’une voiture…), collectivités territoriales…

Les plateformes généralistes présentent certains avantages…

Les plateformes qui acceptent toutes les catégories de projet vous offre la chance d’élargir votre public cible. Elles permettent de toucher des citoyens qui, même de prime abord, ne sont pas forcément intéressées par votre domaine d’activité. Généralement, elles proposent tout de même sur leur interface un filtrage, pour faciliter l’accès aux catégories : artisanat, alimentation, théâtre… On parle aussi de plateformes multi-spécialistes. Il y a la plateforme KissKissBankBank qui permet à tous les projets créatifs, associatifs et entrepreneuriaux de se lancer.

Plus encore, lorsque vous présentez votre projet sur une plateforme spécialisée à votre secteur, votre projet risque d’être plus durement soumis à la concurrence et cela peut diminuer vos chances d’élargir son public. Les plateformes généralistes vous évitent quant à elles ce risque. Vous devez toutefois savoir que les plateformes généralistes (comme les spécialistes d’ailleurs) conservent certains critères d’éligibilité : maturité du projet, dimension collective, caractère haineux du projet…Ceci vous oblige à bien étudier votre projet et à affiner votre idée conductrice avant de la présenter.

En gros, il n’est pas évident de faire le choix entre les différentes plateformes puisque chacune a ses propres fonctionnalités et particularités.

L’accompagnement varie également d’un site à l’autre. Avant de se lancer, il est donc impératif de se renseigner pour choisir l’outil le plus adapté à vos besoins. Il y a des sites très intéressants qui offrent de nombreuses informations sur le financement participatif et facilitent vos quêtes de financement puisqu’ils ont regroupé quelques plateformes dans un annuaire consultable par catégorie de projets.

Voici quelques sources consultables qui vous aideront à repérer ces sites :

Pour conclure, comment réussir sa campagne de crowdfunding ?

Si vous souhaitez lancer une campagne de crowdfunding et réussir votre objectif, vous devez impérativement préparer votre projet de manière à optimiser ses chances d’acceptation ou de validation par le plus grand public ! Une bonne préparation commence d’abord par l’identification des informations clés et des différents moteurs de ce type de financement. Pensez ensuite à maîtriser la meilleure manière de les exploiter au profit de votre projet/entreprise. La campagne de crowdfunding se déroule généralement en 3 temps : l’avant, le pendant et l’après campagne. 

Mettez en avant les atouts de votre idée et valoriser le potentiel de votre projet pour capter l’intérêt des investisseurs potentiels. Rappelez-vous qu’il s’agit d’une opération de séduction, vous devez donc vous vendre en vous démarquant des autres afin d’obtenir l’aide financière souhaitée. Si vous sentez la nécessité, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel ou un réseau d’accompagnement des porteurs de projets, pour maximiser les chances de réussite de votre approche.

m
crowdfunding

21 décembre 2020

0 réponses sur "Crowdfunding ou le financement participatif : un aperçu sur cette méthode de transaction financière totalement désintermédiée"

Laisser un message

Notre mission est d’accompagner les entrepreneurs dans leurs arbitrages stratégiques en  mettant à disposition des connaissances fiables, opérationnelles et de haute qualité sur tous les thèmes touchant au développement et pilotage de leur projet d’entreprise.

LEADER.S est un véritable programme d’accompagnement accessible 24h/24 et 7j/7. Vous apprendrez toutes les étapes de votre projet, de sa conception à son lancement et plus encore. Vous comprendrez tous les indispensables dans un discours vrai, sans fioriture, teinté de pragmatisme, de succès entrepreneuriaux mais aussi d’échecs.

Propulsé © par Band of Brothers
X